FOCUS – Deux technologies pour des usages différents

fleur (1)

Abac propose un choix très large de compresseurs, à pistons et à vis. Les premiers pour une utilisation intermittente, les seconds pour un usage plus intensif. 

 

 

La gamme de compresseurs Abac est la plus large du marché pour les artisans, les TPE et les PME. Comment s’y retrouver ?

 

 

 

Brice Piquemoles, Directeur Commercial d’Abac, donne les clés pour faire son choix.

 

« Les deux technologies proposées, piston et vis, c’est un peu comme l’essence et le diesel pour une voiture. Un compresseur à pistons convient à un « petit rouleur », qui ne fait appel à lui que de manière ponctuelle. Le « gros rouleur », adepte des longs trajets, choisira un compresseur à vis, qui peut fonctionner en permanence. »
On peut pousser l’analogie jusqu’au temps de chauffe. Un moteur diesel met du temps à monter en température, les trajets courts sont déconseillés. De la même manière, un compresseur à vis n’appréciera pas de subir de nombreux arrêts et redémarrage en cours de journée. Le compresseur à piston, au contraire, va trop chauffer si on le sollicite sur des plages trop longues. Il est parfait pour répondre à des besoins ponctuels et sera éteint et rallumé plusieurs fois par jour sans aucun problème. Une utilisation cumulée de 4 heures par jour est un maximum.

 

 

Qu’est-ce qui différencie les deux technologies ?
Le coeur du compresseur à pistons s’apparente à une pompe. À l’intérieur d’une chambre, un cylindre est actionné pour comprimer l’air. Ce système simple et économique à un inconvénient : à cause des frottements, la température augmente rapidement. Pour lutter contre cette montée en température, Abac a choisi d’utiliser de la fonte, qui dissipe mieux la chaleur que l’aluminium et préserve au mieux la longévité du compresseur, à condition de rester dans les limites des conditions d’utilisation conseillées. Numéro un du marché sur ce type de compresseur, Abac maîtrise parfaitement cette technologie et propose trois gammes en fonction du type d’utilisation. La technologie à vis est plus complexe et repose sur l’interaction de deux vis tournant en sens opposé de manière à emprisonner l’air et le comprimer. Pour fonctionner de manière optimale, le compresseur dispose d’un régulateur de température, afin de ne pas dépasser les 70°C et il a été conçu pour fonctionner en continu.

 

 

Plusieurs petits compresseurs ou un seul ?
Utiliser un seul compresseur est plus économique que plusieurs. À l’achat, mais également pour l’entretien. C’est, en plus, l’occasion de disposer d’un modèle largement dimensionné, capable de répondre à de futures évolutions dans l’usage. Ce choix implique l’installation d’un réseau d’air comprimé. Comme dans la plomberie classique, ces réseaux ont beaucoup évolué et leur montage s’apparente désormais à celui d’un tuyau d’arrosage. L’appel à un spécialiste n’est pas nécessaire, et des modifications ultérieures du réseau seront très faciles à réaliser. Quand l’air comprimé est un élément essentiel du fonctionnement d’un garage ou d’un atelier, une configuration avec deux compresseurs apportera toutes les garanties en cas de problème sur l’un des deux.

 

 

Prévoir l’évolution des besoins
Si l’on envisage d’acquérir un compresseur à pistons d’une puissance supérieure à 10 CV, il faut s’interroger sur l’opportunité de basculer vers un modèle à vis. Pour un surcoût modéré, on sera prêt à répondre à une utilisation plus importante.
« Le conseil est primordial, insiste Brice Piquemoles, pour être sûr de choisir le modèle adapté. Nos revendeurs ont un rôle important, et nous avons chez Abac une équipe dédiée qui sillonne quotidiennement les routes pour les rencontrer et les former. Nous avons également développé un guide pour de sélection destiné au secteur automobile, qui aide à déterminer le meilleur modèle en fonction de son métier, de la taille du garage. »
Pour l’industrie, aux besoins très diverses, il faudra souvent réaliser une étude au cas par cas.

 

 

Rejoignez-nous !
FaceBook | Twitter | Youtube  | LinkedIn